[REC]4 Apocalypse : 3 infos

Voici quelques infos toutes chaudes du tournage de [REC]4 Apocalypse !

– Manuela Velasco a fait le job. Aujourd’hui était son dernier jour de tournage.

– Le premier trailer arrivera au mois d’octobre !

– [REC]4 commencera précisément 3 minutes après la fin de [REC]2.

1235891_597144416995258_1448222142_n

Publicités

[REC]4 Apocalypse : bientôt la fin du tournage

Alors qu’il reste environ 15 jours de tournage, et après avoir énormément communiqué et promu le film – avec quand même beaucoup de maîtrise – auprès des médias en les invitant sur le plateau; en tournant des scènes devant eux; en répondant à de nombreuses interviews ou encore en publiant sur internet les premières images montées du film, le tournage prend maintenant une toute nouvelle tournure et devient secret…
Peu, voire, aucune information ne filtrera sur ce qui se tournera dans les prochains jours… de là à penser que des scènes cruciale seront donc mise en boîte, il n’y a qu’un pas !.

Malgré cela, deux photos ont été publiée sur le net. Une sans grand intérêt et une seconde montrant qu’Angela armée, sur le point de tirer que quelque chose, guidée par les conseils de Jaume Balaguero.

1209062_596468937062806_1088673196_n 1208764_596854027024297_1316432850_n

 

[REC] 4 Apocalypse : visite des plateaux de tournage ! 2nd partie

Bon, finalement, comme j’ai terminé la traduction plus vite que prévue, et comme je souhaite faire partager les informations que je détiens avant qu’elles ne fassent le tours du net, je met en ligne dès ce soir la seconde partie de la visite du plateau de tournage, qui reprend l’entrevue avec Jaume Balaguero, qui révèle (sans trop en dire) quelques informations sur son futur film.

—————————————-

 Il est d’abord interrogé sur le déroulement du tournage et confie qu’il partage les mêmes sentiments que Manuela « c’est toujours difficile, intense, mais excitant. C’est très dur et nous sommes très fatigués, mais nous sommes très enthousiastes de porter cette fin ». Il commente également ce qu’il recherche en réalisant ce [REC]4, « normalement, je ne fais pas appel à mes souvenirs pour que viennent les idées lorsque j’imagine un film, mais avec [REC]4 nous avions quelques prérogatives : être fidèle à la série tout en rompant avec la saga ; reprendre les mêmes choses mais d’une manière différente tout en restant fidèle à l’horreur, la claustrophobie, le fun et le ‟divertissement” du spectateur ». Par conséquent, Jaume ne veut pas suivre la même approche que pour [REC]2, mais la « reprendre » autrement, plus certainement à contrepied comme le troisième volet car, « répéter la même formule que [REC]2 me semble inutile ». Quoi qu’il en soit, tout en refusant de nous en révéler davantage, le réalisateur nous a confié que même si le film est une continuation directe de [REC]2, nous verrons une nouvelle approche technique, différente de ce que nous avons vu jusqu’à maintenant.

En complément des propos de Manuela Velasco à propos de sa proposition pour reprendre son rôle dans [REC]4, le réalisateur nous a clairement dit que l’idée était de suivre scrupuleusement la ligne narrative de la saga, et si Manuela avait dit non, personne n’avait prévu de plan B, « l’idée était de terminer la saga en concluant la ligne narrative de [REC]1 et 2, de révéler les mystères qui devaient l’être et de révéler ce qu’il advenait de l’emblématique personnage d’Angela Vidal ». En réponse au mystère entourant la saga, Jaume répond que ce quatrième opus va apporter beaucoup de réponses aux questions posées mais que, d’un certain point de vu,  « il n’y a pas de réponses définitives, car toute réponse génère toujours de nouvelles questions et tout ça »… Il semble donc que la saga pourrait plus ou moins laisser une porte ouverte à une éventuelle suite, un jour, qui sait.

Il a également revenu sur les conditions de travail aux îles Canaries qui, à bord du navire « ont été compliqués. Maintenant, nous tournons sur un plateau et nous sommes plus à l’aise, mais ça ne l’était pas sur le bateau, car il a une structure architectural conçue pour naviguer, et la conception de la navigation n’est pas compatible avec une conception qui ‟ne doit pas tanguer”, ça a été très incommode de tourner et de se déplacer à l’intérieur ».

Quant à la collaboration avec Paco Plaza, il évoque superficiellement la manière dont ils ont travaillé ensemble sur ces deux films qu’ils réalisent pourtant séparément. Tout d’abord, il nous a clairement fait savoir que Paco et lui en sont producteurs, et que quand ils ont écrit leur script, ils ont toujours demandé l’opinion de l’autre. En tout cas, chaque film de la saga s’est approprié une personnalité qui lui est propre, que ce soit la pure terreur de la première partie, la peur «réelle» vécue par Manuela Velasco qui ne savait presque rien de ce qui se passait dans le script. Suivit par une seconde partie plus dans l’action et les armes, et un troisième opus qui lui a donné une touche très intéressante à la saga, la faisant entrer sur le territoire de la parodie. Alors que cache [REC]4 ? Jaume évoque avec sympathie une autre saga, la saga Alien, et créait un parallèle qui pourrait répondre à la question : « en quelque sorte, [REC]4 est à la saga [REC] ce que Promotheus est à Alien », mais il remet rapidement les choses au clair en disant que [REC]4 « est un petit film, soigné, avec beaucoup d’action et qui restera fidèle à ce qu’a toujours été [REC], et que personne ne doit croire que ce sera un blockbuster ».

Finalement, il confirme (presque) la présentation d’une bande annonce du film au festival de Sitges cette année, et la présentation officielle du film dans le même festival l’année prochaine.

Voilà ce qu’a donné cette visite des plateaux de [REC]4: Apocalypse, mais avant de prendre le bus qui nous ramènera à Barcelone, nous avons eu la chance d’assister au tournage d’une autre scène dans laquelle deux hommes marchent à travers les étroits couloirs du navire, jusqu’à ce qu’ils rencontrent ce qui semblerait être deux soldats très musclé, qui recherchent un moyen de défier ces deux hommes. Encore une scène et d’autres personnages qui ne seront certainement pas « copains » avec Angela Vidal.

[REC] 4 Apocalypse : visite des plateaux de tournage ! 1ère partie

Il y a quelques petites semaines, de nombreux journalistes média – presse, radio, télévision et internet – étaient invités à visiter les plateaux de Terrassa, en Catalogne où se tournait le quatrième et ultime volet de la saga [REC]
Il en a résulté quelques reportages télé – que j’ai posté ici dans les news précédentes – et beaucoup d’articles de presse écrits par des journalistes très peu intéressés par la saga qui n’ont finalement produit que des papiers de forme mais pas de fond. C’est sur internet qu’ont surgi les reportages les plus intéressant, car non soumis à des restrictions de place ou de mise en page, leurs auteurs ont pu montrer plus d’intérêt au futur film et relayer sans contrainte, dans les moindres détails, tout ce qu’ils ont vu et entendu.

C’est sur le site espagnol Aullidos.com que j’ai trouvé le compte rendu le plus intéressant et complet ce cette visite. Mais comme tout le monde ne parle pas espagnol, je suis en train de le traduite pour le partager avec vous, tant il contient de véritables informations, peut-être quelques spoilers, sur le futur [REC]4 Apocalypsis.

– D’ailleurs je tiens à souligner au passage que le titre du film – « apocalypsis » en espagnol – peut se traduire aussi bien « apocalypse » que « révélation » –

L’article est très long, je vais donc le proposer en deux parties, parce qu’il me faut le temps de le traduire. La première partie publiée aujourd’hui relate la visite des plateaux ainsi que la première partie de l’entrevue avec Manuela Velasco.
La seconde partie, qui sera publiée dans les jours à venir, sera consacrée à la seconde moitié de l’entrevue avec le réalisateur Jaume Balaguero.

———————————–

L’apocalypse se tourne actuellement à Barcelone sur les plateaux de Terrassa. Il reste encore quelques jours de tournage aux iles Canaris avant que [REC]4 ne continu son avancée en terres catalanes, dans ce qui sera sa huitième semaine de tournage, avant deux ou trois autres semaines pour se terminer. Avant cela, l’équipe de [REC] nous a permis de visiter les plateaux de tournage et de participer à une entrevue intéressante avec le réalisateur Jaume Balaguero et l’actrice Manuela Velasco.

Mais ce n’était pas une visite habituelle sur un tournage, tant le nombre de journalistes accrédités était important. Il y avait donc un certain retard dans la visite, affectant ainsi la durée de l’entretien. Nous n’en sommes pas pour autant insatisfaits, au contraire. Nous avons vu Jaume et compagnie, les plateaux de tournage,  quelques scènes du film, et nous avons même remarqué quelques détails qui « possèdent » les décors du plateau. Et oui, je parle du plateau, car une fois encore le Parc Audiovisuel de Catalogne (situé à Terrassa, comme je le disais) accueille à nouveau un tournage, comme ce fut déjà le cas par le passé avec « Mientras Duermes » en 2010 ou encore « El Cuerpo » en 2012. Finalement nous n’avons vu que très très peu de chose, Jaume Balaguero n’est pas stupide et personne n’est dupe, mais au moins, nous avons pu voir dans quel sens vont aller les choses. Surtout dans la visite des plateaux. Nous avons pu voir la mise en boîte d’une scène (à travers un écran, seul moyen d’y voir quelque chose tant il y avait de monde). Une scène se déroulant à l’intérieur du bateau, avec une sorte de militaire, complètement désespéré rechargeant un fusil de chasse dans les couloirs oppressant du navire. Nous avons également vu d’autres images qui n’avaient rien à voir avec cette scène sur d’autres moniteurs. Sur l’un, on pouvait voir une personne allongée sur le sol avec du sang sur les bras… Sur un autre, une personne armée, sur le point de tirer. Pullulaient également sur le plateau une poignée de mecs plutôt mal léchés dont on est certain qu’ils ne seront pas les gentils du film. Jaume nous confirme ainsi le retour à l’ambiance claustrophobique des deux premiers opus et tant appréciée des fans.

La visite a donné lieu à des entrevues. Mais comme d’habitude, quand une certaine partie des médias accrédités ne sont pas spécialisées dans le cinéma, les interviews entrent dans une sorte de spirale de questions qui n’ont peu, voire rien à voir avec le film. Malgré cela, nous avons obtenus quelques réponses intéressantes de la part de Manuela Velasco. Tout d’abord, elle a tenu à souligner le caractère particulier d’un personnage dont personne n’a parlé, et qui va portant laisser sa marque dans les esprits : le bateau, disant de lui que « c’est un endroit terrifiant, plein de rouille, dans lequel tout peut blesser et est très dangereux, comme une arme… En plus de provoquer un sentiment constant de claustrophobie, les espaces sont très serrés, les plafonds sont très bas, et plus vous descendez dans le navire plus s’est étroit et oppressant. C’est génial pour un film d’horreur, mais pour tourner, c’est un cauchemar et comme le film est un cauchemar, la vérité c’est que ça aide réellement a en ajouté encore plus. Maintenant, nous sommes ici (à Terrassa), où il y a eu des répliques des couloirs du bateau, mais avec plus d’espace, ce qui permet de mieux filmer et même de mieux respirer ». Elle a également souligné que les conditions de tournage au îles Canaris étaient compliquées car le bateau utilisé était abandonné, plein de mauvaises odeurs, comme le poisson, et qu’il participait « à entrer dans un cauchemar ».

Tout en respectant son personnage, Manuela Velasco a voulu nous expliquer ce que nous allions voir. Mais avant cela, pour tous ceux qui seraient un peu perdus, resituons où nous avions laissé Angela Vidal à la fin de [REC]2. Elle était la seule survivante du film lorsque Tristana Medeiros lui a passé le ver, source de l’infection, et la seule à être évacuée. [REC]4 Apocalypse, commence par un groupe de militaire entrant dans le bâtiment pour secourir Angela et à partir de là « toutes les personnes qui ont survécu et ont été en contact avec l’infection sont mises en quarantaine sur un bateau dans l’océan, où l’horreur se déchaîne lorsque l’infection commence à se répandre. Par conséquent, le film se déroule dans un endroit duquel vous ne pouvez pas partir ni vous échapper ». Mais Manuela tient une nouvelle fois à souligner « le rôle oppressant du bateau, la matière dont il est fait, le métal, le son qu’il produit et propage, avec les coups de points (elle veut certainement parler de l’écho), qui va produire chez le spectateur un sentiment de terreur encore jamais atteint », elle assure également que le bateau aura un rôle intéressant dans le film. L’actrice à également confié qu’elle ne devrait pas seulement échapper à l’infection, mais également à d’autres personnes, car tout le monde et contre elle et veut la tuer.

Puis, en plein dans son discours sur le bateau, elle revient sur la transition entre [REC]2 et [REC]4 en disant que « le temps de traitement de cette scène [l’extraction de l’immeuble] est très court et par conséquent ne proposera pas de surprenantes révélations ». Donc ce qui se confirme, c’est qu’elle sera mal traitée sur le bateau et que, de ce fait, l’immeuble sera un simple plan de sauvetage pour la déplacer d’un un endroit à un autre, dans lequel elle subira des expérimentations et un traitement fatal. Et donc, « Angela développe un sentiment de colère et de rage envers ces gens qui l’ont arrachée à un enfer pour lui en faire vivre un autre ». Elle révèle également que ses alliés ne savent pas pourquoi (et elle insiste sur ce fait) tout le monde est contre elle.

Quant au tournage – qui pour le moment a duré 6 semaines et est divisée entre les îles Canaris et Terrassa – il se terminera dans la première moitié du mois de septembre. Ensuite, Jaume (car c’est à son tours de parler), nous dit qu’il espère pouvoir présenter un premier trailer au Festival de Sitges – de cette année 2013 – mais qu’il ne peut nous l’affirmer.

Manuela souligne un autre aspect: l’intensité du travail physique. Elle confie qu’elle est cassée par le tournage parce qu’elle n’était pas préparée à ce que ce soit aussi dure, et son visage, malgré quelques sourires, trahit son épuisement. « Jaume a transformé Angela en une espèce de furie qui veut tuer tout le monde comme une héroïne de film d’action, mais Angela n’est clairement pas ce genre d’héroïne, Angela n’est qu’ ‟une fillette” qui était venue faire un reportage sur des pompiers. Le fait de ne pas être préparée physiquement pour les combats, porter des poids lourds, etc. est une bonne chose puisque cela donne plus de réalisme au personnage, mais si moi Manuela je ne peux pas, alors Angela ne peut pas non plus ». C’est pour ça que Manuela parait vraiment usée physiquement, et arbore des biceps seyants.

Avant de partir elle a eu le temps de nous expliquer comment elle a appris qu’elle pourrait revenir dans la quatrième tranche de la saga. Elle était à Lleida, la ville natale de Jaume Balaguero, où il recevait un prix d’honneur pour sa carrière, et surprise c’était elle qui lui remettait ! Après ça, Jaume lui a dit, « Je vais faire [REC]4, et j’aimerais que tu en sois le personnage principal, je vais commencer à écrire le script pour toi. Tu veux le faire ? Parce que sinon je le fais pas. Donc j’ai besoin de savoir si tu veux revenir interpréter Angela Vidal ». Et Manuela de lui répondre « ça c’est ce que tu dis ! ».

Puis ce fut au tour de Jaume, tandis qu’un groupe de presse se retire pour aller visiter les plateaux, réduisant la durée de l’entrevue à quelques minutes. Mais ça ne nous laisse pas un goût amer pour autant, au contraire, Jaume a été généreux (mais prudent) dans ses réponses.

à suivre…